Saturday, May 7, 2016

Coach Bregeault talks Titans Journey to EQC 2016/Entraîneur Bregeault Parle du Voyage de Titans à EQC 2016

By Albert Bregeault, Translated to English by Etienne Pogu

La version française est en dessous

My name is Albert Bregeault, and I have been the Titans’ coach since their formation in November 2014. It is a real pleasure for me to talk to the Quidditch Post. I’ve been asked to give a personal approach, so this is what I am going to do, and I will speak in my name, not in my team’s.

For the second year in a row the team decided to trust me as their coach. This position allowed me to run three practices per week. Those practices are always open to everyone.

Early in the season, I started thinking about the competitive season ahead of us and the major tournaments we were planning on attending. First there was the French Cup in February, and then the European Quidditch Cup was in April. In order to be ready for those events, I took advantage of all the opportunities we had to play as many friendly games as we could. Between September and January, the team went to Barcelona, Spain; Nantes, Rennes, and Lyon, France; and Brussels, Belgium. These trips allowed the players to strengthen their already strong bonds on and off-the-pitch. It was also a way for our new players to discover competitive quidditch.

At this point we were ready to face the French teams, specifically the reigning French champions, Paris Frog Quidditch. The French Cup happened like I planned it. We did not make many mistakes, and we had a pretty comfortable lead in every game leading to the final. With the help of a few other players, I had prepared a way to beat Paris Frog, and it worked perfectly.

Paris Titans after their victory at French Cup. | Photo Credit: Alice Pozzo Di Borgo

During the weeks following the French Cup, I faced some issues with my players. Winning made them feel like better players than they were, and some of them became cocky and stopped practising hard enough.

After scouting other teams in Europe, I knew for a fact that the champions from Belgium and Turkey were taking EQC really seriously and that we could not allow ourselves to slow down if we wanted to beat them and defend our title. I confronted the team and, after a few adjustments, they turned things around and took things seriously again. We were back on track for the European Quidditch Cup!

Before every tournament, I sit with a small group of players to think about how to get ready for the competition. How to pick our roster of 21 from all our motivated players? How to prepare the game plan? How to plan players’ rotations from one game to the next? I could not find all those answers alone. That’s why with the help of my captains, Valentin Farèse and Charles Rigoudy, as well as Etienne Pogu, who helps me with beater training, we prepared everything to be as ready as possible for Gallipoli.

I faced some last minute setbacks: one week before leaving for Italy one of our players, Gabrielle Collette, was denied a spot on our roster because of Quidditch Europe’s requirements. We had to replace her right away. Our keeper, Arnaud De Cintaz, sprained his ankle a few days before the tournament because of that injury I had to rethink the roster, and I did not have a keeper available to take his spot.

We finally managed to go to Gallipoli with a full roster of 21 players and play one of our best tournaments. The team was aware of the squads we had to face in group play since we all met to follow the live group draw. I was very confident on Day One; we were the outstanding favorites. That’s why I was already planning ahead: I challenged the team to not only win every game, but to give everything we had to be 12 goals ahead in order to have the best QPD possible.

Everyone stepped up, and we managed to end Day One with the maximum QPD of 480 points. I was also very proud of my players because we showed that we had the best defence in Europe by allowing our opponents to score only six goals in four games, while we scored 94.

My players accepted my challenge, and we were more than ready for bracket play!

Two teams were really scary: the METU Unicorns and Deurne Dodo. Thanks to our max QPD, those two teams were set to play each other in the semifinals. This was good for us for two reasons: firstly, we did not have to play one of those teams, and secondly, I knew that whatever the result of that semifinal, the winner would be tired after a very physical game. I was really disappointed that we could not see their semifinal we only saw the last few minutes, and they were incredible!

It was a delight to meet our Belgian friends in our last game. I had the chance to talk with Louis Lermytte, the Dodos’ coach, before the tournament. We promised each other that we would do everything we could to ensure we faced off in the final, and sure enough, we got the final we dreamed of!

The game was amazing, and as a player I was able to see how much the Dodos improved. They went from being a team we beat by more than 100 points in November to a European Championship-calibre team. It was also amazing as a coach because I saw my players give everything they had and play their best quidditch in the face of a strong opposition.

The Dodos made us better; because of them we had to adapt our game and find new solutions to beat them. They took us out of our comfort zone and forced us to adapt. During the game we played against them, we had to switch our tactics several times on both attack and defence. They did not give us any rest, and they did not give us time to analyze and react accordingly. This game will stay in my mind and in my players’ minds for a very long time.

I came back from that tournament with a lot of good feelings. Everything was perfect, from my team and the French community that was behind us both in Italy and through social networks, to the European community. At the end of the final, everyone was praising the beautiful gameplay. There was not a single champion that Sunday evening, but instead, there was a final of champions. I swapped both my Titans jerseys for two Dodos shirts, and I am proud of the progress both teams made.

Paris Titans and Deurne Dodo exchange hugs after a well-fought match. | Photo Credit: Van Klaveren Photography

The European Quidditch Cup has a bright future, and this weekend reminded me that even as this season comes to an end, the next one is already starting, and we have to keep training!

I would like to thank all the people involved in this tournament: the volunteers, the referees, the committee, and all the players  you were amazing!

Albert Bregeault

Je m’appelle Albert Bregeault et j'entraîne les Titans depuis leur création en novembre 2014. C’est avec plaisir que je réponds à l’appel du Quidditch Post. On me demande une approche personnelle, aussi je vais essayer de parler en mon nom au maximum et non en celui de l’équipe.

Cette saison encore, l’équipe a décidée de me faire confiance dans le rôle de l'entraîneur de l’équipe. J’ai animé tout au long de la saison les différents entraînements en semaine et les week-ends. Je propose trois entraînements par semaine ouverts à tous.

Très tôt dans l’année je me suis penché sur la saison compétitive qui nous attendait, d’abord en février avec la Coupe de France puis en avril avec l’European Quidditch Cup. J’ai profité de toutes les occasions qui nous ont été proposés pour multiplier les rencontres amicales. L’équipe s’est notamment rendue à Barcelone, à Nantes, à Rennes, à Lyon et à Bruxelles entre septembre et janvier. Chacun des matchs a permis de renforcer les liens déjà forts entre les joueurs en dehors et sur le terrain. Ils ont été l’occasion pour nos nouvelles joueuses et nouveaux joueurs de découvrir l’intensité de la compétition.

Nous étions à ce moment-là fin prêt pour affronter les équipes françaises et en particulier les champions de France, Paris Frog Quidditch. Le tournoi s’est déroulé comme je l’avais prévu, peu d’erreurs et une marge confortable jusqu’en finale. J’avais, avec d’autres joueurs préparé en particulier le match contre les champions (approche stratégique et tactique).

Au retour du tournoi et dans les jours qui ont suivis je me suis trouvé dans une difficulté avec les joueurs. La victoire était montée à la tête de certains, et beaucoup se voyaient plus beaux qu'ils n'étaient. L'assiduité et l'attention en entraînement ont baissés après le titre.

Je savais pour m'être renseigné que les champions de Belgique et de Turquie prenaient le rendez-vous de l’EQC particulièrement au sérieux, et que ça n’était pas pour nous le moment de nous reposer sur nos lauriers.

Après un rappel à l'ordre général nécessaire, toute l'équipe s'est reprise et l'entraînement est redevenu sérieux.

Nous étions de nouveaux en route pour l'EQC!

Comme avant chaque tournoi, je m’entoure d’un petit groupe de joueurs pour réfléchir à comment aborder la compétition. Comment choisir les 21 joueurs parmi tous les motivés, comment organiser le jeu sur place, quels roulements de joueurs d’un match sur l’autre? Toutes ces questions auxquelles je ne saurais trouver réponse seul. Aussi, avec l'aide de mes capitaines Valentin Farèse et Charles Rigoudy ainsi que d’Etienne Pogu qui m’épaule dans l’entraînement des batteurs, nous avions tout préparé pour l’Italie.

J’ai eu quelques soucis et imprévus jusqu’au dernier moment, une semaine avant le départ.

Une de nos joueuses Gabrielle Collette a été refusé sur notre roster parce que non éligible sur les critères QuidditchEurope, que l’on a dû remplacer en urgence.

Notre gardien Arnaud De Cintaz, s’est blessé à la cheville quelques jours avant le départ, ce qui m’a obligé à réorganiser l’équipe. Je n’avais aucun gardien disponible pour le remplacer.

C’est finalement en équipe complète de 21 que nous nous sommes présentés à Gallipoli pour disputer l’un de nos meilleurs tournois.

Nous connaissions depuis quelques jours déjà la constitution de notre groupe pour la journée du samedi, toute l’équipe s’était rassemblée pour suivre le direct organisé par le comité.

J’étais très confiant pour les matchs de poule, nous étions les favoris incontestés. Aussi, ma réflexion n’allait pas uniquement dans le sens de la victoire à chaque match, mais plus loin, en demandant à tous mes joueurs de donner le maximum pour nous assurer les 12 buts d’avance maximum qui ont comptés pour le classement à la sortie des poules.

Tout le monde a su prendre ses responsabilités et nous avons réussi à prendre les 480 points autorisés pour les quatre matchs. Autre performance remarquable, nous avons confirmé notre statut de meilleure défense d'Europe en encaissant pendant les phases de poule seulement six buts (contre 94 marqués).

Le contrat que j’avais passé avec mes joueurs ayant été rempli, nous abordions les phases finales de la meilleures de manières!

Les deux équipes qui me faisaient peur, les METU Unicorns et les Deurne Dodos étaient vouées à s’affronter, en demi-finale. Double intérêt pour nous : nous n’avions pas à affronter l’une des deux équipes, et avoir potentiellement à enchaîner des matchs très intenses à la suite. Mais en plus, je savais que soit le résultat de cette demi-finale, l’équipe gagnante serait forcément usée par ce match très physique. De notre côté, nous avons enchaînés des matchs moins physiques et avons pu garder de l’énergie jusqu’en finale.

Je regrette personnellement de ne pas avoir pu assister au match Dodos/Unicorns, les dernières minutes étaient extraordinaires, du peu que j’ai pu voir!

C’est avec un réel plaisir que nous retrouvions nos amis belges en finale. J’ai eu l’occasion d’échanger avec Louis Lermytte, l’entraîneur des Dodos au début du tournoi, et nous nous étions déjà promis de faire tout notre possible pour que nos deux équipes s'affrontent pour le titre.

Nous avons finalement eu la finale que nous voulions!

Ce match a été pour moi fantastique, autant en tant que joueur où j’ai pu constater les progrès fulgurant d’une équipe que nous battions encore de plus de 100 points d’avance en novembre, qu’en tant qu’entraîneur ou tous les joueurs sur le terrain ont su hausser leur niveau de jeu pour ce match en particulier.

Les Dodos offrent une excellente performance et nous permettent de jouer notre plus beau quidditch, de trouver des solutions à des problématiques que je n’avais pas prévues en avance. Ils nous sortent de notre zone de confort et nous obligent à réagir, parfois dans l’urgence. Plusieurs fois dans le match, nous changeons de tactiques en attaque et en défense, plusieurs fois dans le match, notre composition d’équipe est modifiée.

Ils ne nous laissent que peu de repos sur le terrain pour analyser le jeu et souffler. Ce match restera longtemps dans l’esprit des joueurs de l’équipe et dans le mien en particulier.

Je repars de cette expérience avec beaucoup de sentiments personnels, d’équipe, mais aussi de la communauté du quidditch français derrière nous à Gallipoli et derrière le twitter, de toute la communauté du quidditch européen qui a été parfaite. Le résultat de ce match n’avait pas d’importance à l’instant du coup de sifflet final, tout le monde applaudissait le beau jeu, il n’y avait pas un champion dimanche soir, dans le noir, mais une finale de champions. J’ai troqué mes deux maillots Titans contre deux maillots Dodos et je suis fier du chemin parcouru par chaque joueur et chaque joueuse de l’équipe.

Le quidditch européen a encore de beaux jours devant lui. Ce week-end me rappelle que même si la saison se termine avec l’EQC, la suivante ne fait que commencer et que nous n’avons pas une seconde de répit!

Bravo et merci à tous les acteurs de ce tournoi, des volontaires aux arbitres en passant par tous les joueurs, vous avez été formidables.

Albert Bregeault.

No comments:

Post a Comment